Comment calmer un jaloux maladif ?


La jalousie peut attendrir un très bref moment, mais la plupart du temps, c’est vécu comme un véritable fardeau. Le partenaire jaloux devient parfois possessif. Il lui arrive même de sombrer dans la paranoïa et voit des rivaux partout. Face à une telle situation, il existe deux solutions : le quitter ou tenter de le changer.

Reconnaitre les signes avant-coureurs d’une jalousie pathologique

Pour pouvoir gérer la jalousie, il faut se pencher sur le fond du problème. Il existe généralement deux variantes. Le premier type de jaloux maladif manque cruellement de confiance en soi. Il a surtout peur à ce que quelqu’un d’autre parvienne à le surpasser. Ce partenaire se méfiera systématiquement des hommes qui font partie de votre entourage, notamment au travail. Puis, il y a également le jaloux dépendant. Cette personne se sent en sécurité uniquement lorsque vous vous trouvez à côté de lui. Il n’a pas peur d’un rival potentiel. Sa plus grande hantise serait plutôt de vous perdre. Il croit dur comme fer que vous pourrez lui quitter à tout moment.

 

 

Gérer le jaloux maladif selon le fond de son problème

Pour un jaloux qui manque de confiance en lui, le souci peut découler d’un problème d’éducation. Cette personne a dû être le nombril du monde lorsqu’il était jeune. Le mieux serait de lui dire une bonne fois pour toutes que l’époque où il était enfant-roi est désormais loin. Un travail de longue haleine qui consiste à valoriser le partenaire manquant de confiance doit se faire. Pour le dépendant affectif, la mission consiste essentiellement à le rassurer. Il sera totalement inutile de se plier à la routine de rapport complet de la journée une fois le soir arrivé. Enfin, il existe également d’autres types de jaloux maladifs. L’infidèle craint que les actes qu’il fait hors de la maison lui retombent dessus. C’est une autre histoire…